Accueil » Visiter » Patrimoine » Circuits de visite » Autour de la Porte Condamine

Itinéraire n°5 : Autour de la Porte Condamine

 

Situé à  l'opposé du château, le quartier de la Condamine est riche d'hôtels particuliers, dont beaucoup ont été commandités au XVIIe siècle par une seule et même famille, les Raoulx. De cet ancien quartier, il faut ensuite s'aventurer dans les anciennes ruelles de la ville pour atteindre la place Crémieux et découvrir l'ancien quartier  de Saint-Nicolas.

 

 

► La porte Condamine (l’intérieur ne se visite pas)

 

La porte Condamine date de 1379 et a su conserver son aspect médiéval d'origine grâce aux deux tours rondes et crénelées qui l'entourent, même si les ravelins et le pont-levis ont aujourd'hui disparu. Elle ouvre sur le chemin menant à la ville d'Avignon et c'est par là que François Ier fit son entrée solennelle à Tarascon, le 3 février 1516, à son retour victorieux de Marignan. Elle a aujourd'hui subi des restaurations et a été munie d'un portail avec des vantaux de chêne et d'une herse en position fixe, ce qui lui confère une certaine authenticité historique.

  

 

► L'hôtel Raoulx de Mauléon - Rue Jean Jaurès (voir les n°1, 3 et 18) (l’intérieur ne se visite pas)

 

Dès le passage de la porte Condamine, on ne peut manquer de remarquer l'imposante façade de l'hôtel Raoulx-Mauléon, d’abord édifié au XVe siècle puis réaménagé par Charles de Raoulx au XVIIe siècle. La famille de Raoulx, qui décide, à cette époque, de s'installer dans ce quartier neuf, élève deux autres hôtels particuliers à cet endroit. Avec ses sept travées sur rue, le bâtiment de Charles de Raoulx impose son style original, mêlant éléments renaissants et maniéristes. Sur la façade, des frontons brisés décorés de feuilles d'acanthe couronnent les ouvertures ornées de mascarons et entourées de pilastres.

 

 

► L’ancien couvent des religieuses Ursulines - Place Pie et place Crémieux (l’intérieur ne se visite pas)

 

A l'emplacement des places Pie et Crémieux, aujourd'hui reliées par un passage couvert, s'étendait au Moyen Age l'hôpital Saint-Nicolas, créé sur des parcelles données en 1092 par la comtesse de Provence Etiennette aux moines de Saint-Victor de Marseille pour y bâtir une église et un bâtiment destiné aux pauvres et aux malades. Au XIVe siècle, les moines de Saint-Victor vendent ce prieuré aux bénédictins de Saint-Honorat de Lérins qui en font ensuite don aux Ursulines en 1636. Ces dernières procèdent alors à d'importants travaux d'agrandissement et de modernisation pour leur couvent, tout en épargnant l'église romane. Vendu comme bien national à la Révolution, les vestiges de l'ancien couvent se mêlent aujourd'hui aux aménagements modernes des propriétés privées. L’église romane a conservé l’ensemble de ses proportions. Son plan intérieur consistant en une nef centrale bordée de collatéraux s’apparente à la chapelle romane du couvent des religieux de Saint-Michel de Frigolet à Tarascon. L’ensemble du site constitue un remarquable répertoire d’architectures du Moyen-âge à l’époque classique.



Mentions légales - Accessibilité