Accès
rapide

Démarches en ligne

Démarches en ligne

Cantine scolaire

Cantine scolaire

PLU

PLU

Risques majeurs

Risques majeurs

Marchés publics

Marchés publics

Déchets

Déchets

J'attends un enfant

J'attends un enfant

Je me marie

Je me marie

J'emménage

J'emménage

J'inscris mon enfant à l'école

J'inscris mon enfant à l'école

Le Théâtre

Le Théâtre de Tarascon est l’un des plus remarquables théâtres à l’italienne de la région Provence Alpes Cote d’Azur. Il est classé Monument Historique.



L'histoire du Théâtre au XIXe siècle

C'est par une ordonnance royale du 10 août 1825 que Charles X approuve la décision du Conseil Municipal concernant l’acquisition d’un terrain et d’une église ayant appartenus aux Dominicains (XVe siècle) pour l’établissement d’une salle de spectacles. Tarascon (qui comptait 12 000 habitants et avait été sous-préfecture pendant quinze ans) porte son choix sur une église désaffectée située prés de la Porte Saint-Jean.

Façade

Devenue bien national à l’époque révolutionnaire puis magasin à foin pour la République, d’importants travaux de remise en état furent entrepris dès 1826. Inauguré en 1828, le Théâtre municipal fut entièrement détruit par un violent incendie au cours de la nuit du 16 avril 1884.

Le 31 décembre 1887, le Conseil Municipal autorisait Louis Chabanel, Maire de Tarascon, à traiter de gré à gré avec des entrepreneurs de Tarascon tels M. Tissier et la Maison Apy Portal qui fournirent trois devis s’élévant à la somme totale de 43 902 francs. Une grande scène fut dès lors aménagée.

Au dessus du rideau rouge, on inscrivit en latin la phrase bien connue de Virgile mit dans la bouche d’un berger « Deus nobis haec otia fecit » (en français, « Dieu a fait pour nous ces loisirs »). Cette salle parfaitement agencée et d’une excellente acoustique, rivalisa avec les grandes salles de la région.

Le théâtre actuel est inauguré par une représentation du « Barbier de Séville » de Rossini en 1888. De nombreux spectacles, opéras comiques, tragédies, comédies et autres spectacles de music-hall se succédèrent et permirent ainsi de recevoir des noms étincelants tels que Joséphine Baker, Fernandel, Tino Rossi, Yves Montand ou encore Edith Piaf.

Suite à ces travaux de restauration, la façade principale fut ornée d’un fronton représentant une lyre soutenue par deux anges, œuvre du sculpteur tarasconnais Jean-Barnabé Amy en 1895.

 

Nouvel essor à la fin du XXe siècle

C'est en 1963, et après soixante quatre ans d’existence, que l’état du bâtiment nécessitait d’urgentes et sérieuses réparations. La voûte de la Chapelle (qui menaçait de s’effondrer) risquait de provoquer un grave accident puis ce fut une pierre de cette voûte qui se détacha. Par mesure de sécurité, l’établissement fut fermé. Après avoir examiné les différents problèmes, un devis fut établi et s’élevait à 4 millions de francs. En dernier lieu, le Conseil Municipal jugea prudent de ne pas donner de suite favorable au projet de rénovation. 

Thérèse Aillaud, Maire de Tarascon, entama dès 1985 d’importants travaux et effectua le sauvetage de ce lieu cher aux Tarasconnais. Le Théâtre rouvre alors ses portes le 7 janvier 1989 par une chinoiserie musicale en un acte, « Ba-Ta-Clan » d’Offenbach (mis en scène par Guy Coutance).

 

Rénovation actuelle

En 2018, vous avez été nombreux à nous solliciter et à vous interroger sur l’absence d’invitation pour la présentation de la nouvelle saison du Théâtre municipal. Et pour cause, le Théâtre de Tarascon ferme ses portes pour trois années.

Le choix n’a pas été simple à prendre pour le Maire de Tarascon et l’élue à la culture et au patrimoine, Aude Plantey, mais force était de constater que le bâtiment nécessitait des travaux de rénovation, d’accessibilité et de mise aux normes.

Cette année 2018 marque le début des études préalables. Vous pouvez suivre sur nos réseaux sociaux et sur notre site Internet, les avancées du projet qui mettra en lumière, à terme, ce superbe édifice que nous aimons tant, et qui pourront ainsi bénéficier au public, aux artistes ainsi qu’aux amateurs de patrimoine...